Lauréats du Prix Marcel Lachiver 2021-2022 (4ème édition)

L’Association d’Histoire des Sociétés Rurales œuvre à la promotion de la recherche sur les sociétés rurales en organisant des colloques, des rencontres et la publication de revues et ouvrages spécialisés. Afin de valoriser et soutenir les études historiques des mondes ruraux, l’Association organise un concours national de mémoires de Master d’histoire, qui récompense tous les deux ans des travaux d’une qualité exceptionnelle par un jury composé d’experts en histoire rural.

Le jury du 4e prix Marcel Lachiver, portant sur des mémoires de master soutenus en 2021-2022, vient de se réunir et a attribué les prix suivants :


1er prix : Quentin Sintès (Sciences Po Paris), pour un mémoire intitulé « La submersion des vignes et la trajectoire de la monoculture viticole pendant la crise du phylloxéra dans les Pyrénées Orientales (1871-1885). Une histoire environnementale des usages de la terre et de l’eau dans le paysage viticole roussillonnais » (dirigé par Giacomo Parrinello). Il bénéficie de 500 euros de chèque, 300 euros de bons d’achats dans HSR et la BHR ainsi que trois ans d’abonnement gratuit à HSR.

Résumé de la recherche : La deuxième moitié du XIXe siècle est marquée par de profondes mutations des systèmes agro-écologiques dans les Pyrénées-Orientales. Dans cet espace où la maîtrise de l’irrigation est pourtant ancienne et séculaire, la sécheresse estivale et les crues récurrentes posent la question d’un aménagement rationnel des cours d’eau. Dans la conjoncture favorable du Second Empire, l’extension de la vigne dans les plaines, au détriment des cultures irriguées, vient finalement résoudre l’aporie du stress hydrique qui frappe le Roussillon. Mais l’arrivée brutale du phylloxéra en 1879 vient bousculer cette trajectoire. Des propriétaires-viticulteurs découvrent qu’un des seuls remèdes efficaces contre ce puceron dévastateur consiste à submerger les vignes d’une épaisse couche d’eau pendant plusieurs semaines.
Ce mémoire a donc pour objet le recours à l’eau dans la lutte contre le phylloxéra, afin de résoudre la crise viticole dans le Roussillon. Cette recherche tente, dans un cadre départemental, de réévaluer la transition de la polyculture vers la monoculture viticole, généralement imputée à la force du marché et à des dynamiques économiques, accélérées par la réfection des vignobles au lendemain de la crise. Or, la conviction dans les années 1870 que la submersion des vignes est le seul remède efficace contre le phylloxéra incita fortement les propriétaires du Roussillon à planter massivement dans les plaines submersibles, et à installer une monoculture viticole tournée vers la production de masse, sans que le phylloxéra n’affecte un seul cep. Cette extension de la vigne en plaine confirme une orientation de la filière vers la quantité, au détriment de la qualité qui elle est traditionnellement obtenue sur des vignobles de coteaux, lesquels sont jugés indéfendables. Ce point remet en cause l’idée parfois défendue dans l’historiographie d’un “puceron bienfaisant”, agissant simplement sur les prix. Cette recherche défend l’idée que ce procédé, finalement peu appliqué en Roussillon pendant l’invasion, et vaincu par l’histoire à partir des années 1880, permet de nuancer les récits triomphalistes de la technique sur la nature. Une entrée dans le détail technique des controverses suscitées par la submersion révèle l’agency du puceron, qui déjoue les tentatives des propriétaires. Dans le cadre d’une histoire des possibles non-advenus, l’échec de la submersion, traduisant surtout un échec face au phylloxéra, montre que les projets d’aménagements hydrauliques, initialement pensés pour appliquer ce remède aux vignobles, sont finalement motivés par un but inverse, visant à opérer une reconversion des vignes – jugées indéfendables – en cultures irriguées, pour atténuer le péril économique de cette crise agricole. Cette volonté de repli vers la polyculture fait ressortir les apories de la monoculture intensive, qui avait pourtant été impulsée par la submersion.


2e prix : Jean Charbonnier (Angers), pour le mémoire « ’’Aus gourmands, gn’ant peghu sufire’’. Essai d’histoire culinaire et gustative du monde paysan bas poitevin au XVIIIe siècle » (dirigé par Florent Quellier). Il bénéficie de 200 euros de chèque, 200 euros de bons d’achats dans HSR et la BHR ainsi que deux ans d’abonnement gratuit à HSR.

Résumé de la recherche : L’étude de l’alimentation paysanne à l’époque moderne demeure le parent pauvre de l’histoire rurale et de l’histoire de la culture matérielle. Dans nombre d’ouvrages, elle a fini par se réduire exclusivement à une vision très noire des conditions de vie de la paysannerie. Ce misérabilisme est doublé, dans le cas du Bas-Poitou qui est le terrain de cette recherche, d’un ensemble de préjugés d’origine idéologique qui conduisent à projeter des partis pris sur le monde paysan d’avant 1789.
À partir de questionnements relevant de l’histoire sociale, économique, environnementale et culturelle, ce mémoire propose une étude de la paysannerie bas-poitevine du XVIIIe siècle pour elle-même. Elle est construite autour de l’alimentation, une préoccupation des plus quotidienne encore largement méconnue. En se gardant du misérabilisme de paysans forcément crève-la-faim, sans pour autant tomber dans le fantasme de campagnes idylliques, il pose la question de l’existence d’habitudes culinaires et de choix gustatifs dans les communautés rurales de l’époque moderne grâce au croisement de sources manuscrites, imprimées et publiées variées, allant des inventaires après décès aux topographies médicales, des affaires de justice aux œuvres en poitevin de l’abbé François Gusteau. 4 Chemin faisant, cette « quête de goût* » combinant approches qualitatives et quantitatives propose un essai de reconsidération de l’alimentation paysanne. Les paysans bas-poitevins du dernier siècle de l’Ancien Régime ne demeuraient pas passifs face aux contraintes liées à leur environnement. L’adaptation de leur régime alimentaire faisait partie des réponses données aux difficultés liées aux spécificités naturelles et agricoles des « pays », à l’impact des saisons ou à celui des maladies. À ces différents facteurs s’ajoute celui de la diversité des situations socio-
économiques, au sein d’une paysannerie hétérogène. Il en découle une utilisation variable des circuits d’approvisionnement qui conditionnait différemment, selon les situations, la disponibilité des denrées. Par conséquent, le panorama des pratiques culinaires peut être sensiblement élargi. Dans le temps de l’ordinaire, et encore plus dans celui de l’extraordinaire, les cuisines paysannes n’excluaient pas toute recherche d’élaboration. Il en résulte l’expression de préférences qui, prises dans un sens large incluant autant les saveurs que la convivialité et les excès, témoignent d’une véritable culture de la table et dévoilent un champ de recherche possible pour redonner pleinement son humanité à la paysannerie d’hier.
* Charbonnier Jean, En quête de goût. Les cuisines paysannes dans le Marais poitevin au XVIIIe siècle, Angers, mémoire de master 1, sous la direction de Florent Quellier, juin 2021.

3e prix ex-aequo : Deux candidats ont obtenu le troisième prix ex-aequo. Ils ont bénéficient, chacun, de 100 euros de bons d’achats dans HSR et la BHR ainsi qu’un an d’abonnement gratuit à HSR.

Séverine Mercier (Caen), pour le mémoire « La mode vestimentaire en Normandie sous l’Ancien Régime et au XIXe siècle : le cas des campagnes de Bernay (1680-1855) » (dirigé par Jean-Marc Moriceau).

Résumé de la recherche : Le vêtement de Bernay et plus généralement de la Normandie orientale n’a jamais fait l’objet d’une étude particulière. Ce mémoire souhaite combler ce manque et propose de présenter ce que les garde-robes féminines nous apprennent de la société dans les campagnes normandes de la fin du XVIIe siècle à la veille de la Révolution et de ses évolutions au cours du premier XIXe siècle.
Parce que la mode est un langage dont les femmes se sont emparées plus significativement au XVIIIe siècle que les hommes, il semblait logique de mettre le focus sur celles qui furent longtemps les grandes oubliées des études historiques. Enfin, parce que 80 % de la population française de l’époque vit à la campagne, l’étude des tenues rurales est un incontournable, trop souvent négligé. Ces laboureurs, journaliers, artisans, commerçants, … des campagnes de jadis ne sont-ils pas les ancêtres de la grande majorité de la population française actuelle ?
La fourchette temporelle proposée, permet d’encadrer ce que Pierre Goubert nomme le « XVIIIe siècle économique », qui tourne définitivement la page Louis quatorzième et s’ouvre sur une « révolution » de la consommation décrite par Daniel Roche à Paris. Le XIXe siècle si tumultueux politiquement ne remet pas en cause cette progression économique qui voit l’avènement de la société de consommation moderne.
Cette étude est basée sur l’analyse des archives notariales et plus particulièrement les inventaires après-décès qui se sont révélés adaptés à une étude d’histoire sociale. S’en suit alors une immersion dans un foisonnement tout à fait nouveau au XVIIIe siècle, de textiles multicolores qui, à ce titre, constitue une parenthèse avant le retour d’une sobriété certaine au XIXe siècle. On y découvre que les modes nées à la cour de France sont adoptées par l’ensemble de la population féminine, depuis Paris jusque dans les campagnes les plus reculées. Toutes les pièces de vêtements sont constitutives de ce schéma. Ainsi, le « Pierrot » est une coiffe, d’abord arborée par la noblesse des campagnes, avant d’être adoptée par l’élite paysanne. Cette coiffe considérée par les folkloristes comme emblématique du département de l’Eure reste cependant minoritaire dans nos sources au regard des magnifiques bonnets ouvragés qui semblent représentatifs des tenues locales. Ces sources révèlent une société pluriactive, mobile, flexible et interconnectée aux réalités multiples. S’esquissent des inégalités mais aussi des évolutions sociétales (l’essor de l’hygiène, l’augmentation du niveau de vie, de l’instruction) et économiques à une époque où le « Roi coton » déferle dans les garde-robes et contribue à l’enrichissement de la Normandie.

Hervé Masson (Orléans), pour le mémoire « Aschères-le-Marché, un village en Beauce dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : de la seigneurie à la tourmente révolutionnaire » (dirigé par Gaël Rideau).

Résumé de la recherche : La France de la seconde moitié du XVIIIème siècle est encore très majoritairement rurale. Huit à neuf français sur dix vivent et travaillent dans les campagnes du pays. Ainsi, il est coutume de dire que leur histoire est « la véritable histoire du royaume ». Dans ce cadre, ce mémoire propose d’étudier un village, Aschères-le-Marché, situé dans la partie méridionale de la Beauce. Cette région – dont la fertilité de la terre fait, depuis des siècles, la prospérité et la renommée – est considérée comme le « grenier de la France ». Dans cet espace où domine la céréaliculture, cette paroisse se démarque par sa taille, mais aussi par l’importance de son vignoble. C’est une enclave vigneronne au « pays » des laboureurs, mais elle est aussi bien plus que cela. Elle est une baronnie à l’histoire séculaire dont le déclin s’amorce dans le courant du XVIIIème siècle. Le rachat de la seigneurie, à la fin des années 1750, apparaît, alors, comme un tournant. Ainsi, cette étude est une immersion au cœur d’un village ancré dans ses traditions. Nous partons à la rencontre de ses habitants et de leur quotidien. Celui-ci est rythmé par les travaux des champs, le calendrier liturgique, ou encore le marché du samedi et les foires qui attirent également la population des paroisses voisines. Néanmoins, ce tableau cache une tout autre réalité. Les villageois vivent sous le contrôle d’un régime seigneurial dépassé, sont soumis à de très nombreux prélèvements et évoluent dans un environnement contraignant. La vie y est particulièrement rude et précaire. Il en résulte une société où la frustration se mêle aux discordes. Malgré cela, le village d’Aschères affiche une certaine prospérité financière comparativement à ses voisins. Nous le démontrons, dans cette étude, par le biais d’une analyse des structures foncières et sociales. Ce travail permet, par conséquent, de mettre en avant les différences existant entre un village de vignerons et un village traditionnel de Beauce. Parallèlement, en cette fin de XVIIIème siècle, la vie des campagnes est marquée par l’avènement de la Révolution française et par la guerre. Entre les réquisitions, les conscriptions et la crise économique, le village d’Aschères-le-Marché paie un lourd tribut. Les réformes politiques et religieuses bouleversent tout autant les villageois qu’elles les divisent. L’ancien seigneur du village tente, quant à lui, en vain, de conserver une certaine influence. Ce sont tous ces événements que nous relatons dans ce mémoire.




Citer ce billet
Christelle Boisbineuf (2023, 8 janvier). Lauréats du Prix Marcel Lachiver 2021-2022 (4ème édition). HISTOIRE & SOCIÉTÉS RURALES. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pq51

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.