Présentation

BUTS DE L’ASSOCIATION

Autour des historiens à la fois professionnels (universitaires ou chercheurs institutionnels) et amateurs (membres de sociétés savantes ou chercheurs isolés), venus de toutes les périodes, l’Association d’Histoire des sociétés rurales a été créée en mai 1993. Elle regroupe des scientifiques d’autres branches disciplinaires des Sciences de l’Homme (en particulier géographes, sociologues, économistes, démographes, ethnologues, juristes) comme des Sciences de la Nature (agronomes, botanistes, ethnozoologues, etc.), des responsables, à des niveaux divers, de la gestion du patrimoine et de l’environnement (du local à l’international) et, plus largement, tous ceux qui s’intéressent à l’évolution des sociétés dans les espaces ruraux, du Néolithique à la veille du IIIe millénaire.

Comprendre l’action des hommes, dans toutes ses dimensions – économique et technique, agraire et non agricole, paysagère et environnementale mais aussi culturelle, politique et religieuse – à l’intérieur des campagnes, en ouvrant les barrières chronologiques, thématiques et disciplinaires, telle est la préoccupation générale qui nous réunit.

L’orientation d’un certain nombre de vos travaux, la nature de certaines de vos préoccupations, votre souci d’information sur les sociétés et les espaces ruraux au sens très large laissent indiquer que vous pourriez être intéressé par une adhésion à l’Association d’Histoire des sociétés Rurales et/ou par un abonnement à sa revue Histoire et Sociétés Rurales. L’adhésion est une formule à conseiller pour tous les particuliers puisqu’elle inclut, sauf demande expresse, l’abonnement aux deux numéros semestriels de la revue. Le simple abonnement constitue la formule classique pour les organismes et les institutions qui souhaitent seulement recevoir régulièrement la revue.

Depuis presque vingt ans, l’AHSR est devenue une structure marquante sur la scène internationale, qui propose plusieurs types d’actions et de services :

  • Une revue internationale, Histoire et Sociétés Rurales, fondée en 1994 (1er numéro sorti en juin 1994) à périodicité semestrielle, qui constitue une référence en offrant une large gamme d’articles de fonds (avec bibliographies), de sources éditées et de comptes rendus des parutions et manifestations récentes qui intéressent l’évolution des sociétés rurales. La cotisation annuelle donne droit au service de deux numéros, qui sortent à la fin de chaque semestre. Histoire et Sociétés Rurales compte aujourd’hui environ 400 abonnés institutionnels (dont près de 100 en dehors de la France en Allemagne, Argentine, Belgique, Canada, Espagne, Grande-Bretagne, Grèce, Hongrie, Italie, Japon, Mexique, Pays-Bas, Portugal, Suisse, Tunisie et USA) et environ 500 abonnés particuliers. La revue est diffusée dans les librairies françaises par le biais des Presses Universitaires de Rennes et de leur distributeur national, la SODIS (et pour l’étranger, par plusieurs diffuseurs spécialisés). Tous les anciens numéros sont encore disponibles en version papier (mais en quantité désormais limitée).
  • Des colloques réguliers autour d’un thème, à configurations variables (nationales ou internationales, inter-périodes historiques ou interdisciplinaires) ouverts à tous les membres de l’AHSR à jour de leur cotisation et dispensés de ce fait de tout droit d’inscription.
  • Une Assemblée générale annuelle permettant de faire le point sur la situation morale et matérielle de l’AHSR, de connaître les perspectives à venir, d’élire (tous les 3 ans) le Conseil d’administration.

Pour un renouveau de l’Histoire Rurale française

(Manifeste fondateur de janvier 1993)

“Depuis une génération, les études d’histoire rurale subissent une désaffection prolongée, plus ou moins vive selon les périodes. Elle conduit à déserter des champs d’enquête – transformations agricoles, évolution de l’espace rural, structures sociales, relations villes-campagnes, échanges, systèmes familiaux et rapport à la terre, activités rurales non agricoles, proto-industrialisation, etc.

– qui sont pourtant loin d’avoir répondu à nos interrogations, dans le cadre de l’enseignement comme dans celui de la recherche. Ce constat, effectué d’abord par les modernistes et les médiévistes, est largement valable, quelles que soient les époques. En regard des travaux étrangers
dans les mondes germanique, ibérique ou anglo-saxon – la recherche française est à la traîne.

Elle reste victime de son éclatement entre périodes et spécialités. Elle souffre souvent d’un isolement relatif par rapport aux orientations dominantes de l’histoire en France. Le moment est venu de procéder à un renouveau, en ouvrant les barrières et en conviant l’histoire quantitative et l’histoire qualitative, éloignées des mondes ruraux, à les retrouver. Une démarche comparative, associant les approches, les méthodes et les sources disponibles en fonction de recherches d’intérêt général paraît souhaitable. Désireux d’impulser une relance, en mettant en place une structure fédérative et dynamique, centrée sur la dimension historique mais largement ouverte dans l’espace, nous sommes un petit groupe à mettre en place des structures nouvelles :

Une association d’Histoire des Sociétés Rurales, attachée à regrouper tous ceux qui cherchent à dater, à mesurer et à évaluer les changements dans le temps et à comparer leurs résultats.
Un colloque national visant à établir la spécificité de l’histoire rurale puis un colloque international susceptible de proposer un bilan comparatif des recherches en histoire rurale et à tracer des perspectives nouvelles en fonction des questions en suspens et des chantiers mobilisateurs.

Une revue d’histoire rurale, instrument de liaison de l’association et écho des principales recherches en la matière – en France comme à l’étranger.

L’ensemble de ces projets articulerait les trois dimensions d’analyse sur lesquelles des approches nouvelles seraient fructueuses : l’échelle régionale, l’échelle nationale et l’échelle internationale. Il ne s’agit là que de premières propositions. L’équipe informelle qui réfléchit à ces questions n’écarte à priori aucun champ de la recherche historique. Nous serions heureux de connaître votre opinion, de recevoir vos suggestions et de compter sur votre soutien.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search